C’était une belle préhistoire !

Publié le par Association EPSL

C’était une belle préhistoire !

 

En septembre, l’activité de EPSL s’arrête, et c’en est donc fini des Classes Patrimoine.

 

Nous tenons à remercier tous les enseignants qui nous ont suivi, qui nous ont compris et qui ont été pendant 21 ans partie prenante de cette forme singulière de pédagogie.

Nous avons essayé de toujours en être dignes, de ne jamais démériter, d'être à l'écoute et de répondre aux attentes toujours importantes et rigoureuses.

Il aurait été facile de faire de la préhistoire, matière sensible et toujours perçue comme captivante, un objectif en lui-même. Quel enfant n'est pas d'emblée émerveillé par cette période? Notre credo était d'utiliser la préhistoire comme un outil, un prétexte, un moyen transversal d'accéder au savoir, au savoir-faire, au savoir-être et au savoir-devenir. Notre travail était d'utiliser ce levier, qui s’imposait au plan local, pour permettre l’accès aux savoirs anthropologiques mais aussi aux savoirs fondamentaux. En effet, en « classe pat' », on faisait aussi des mathématiques et du français.

Cette pédagogie par l'expérience devait systématiquement être adaptée, en gardant une même logique, pour répondre à la diversité des groupes accueillis (scolaires de la maternelle au cm2, collégiens, jeunes des ITEP, des IMPRO, des SESSAD, des SEGPA).

Nous nous sommes toujours imposé des exigences de qualité en essayant d'être l'interface entre le savoir des archéologues et les programmes scolaires. Notre expérience accumulée est immense dans le domaine.

 

La prochaine dissolution de notre association est l’aboutissement inéluctable d’un sournois processus politique déjà amorcé il y a au moins 4 ans. Cet assassinat, car c’en est un, semble faire l’affaire de personnes qui ne se rendent pas encore compte des dommages que cela va nécessairement occasionner, mais au Grand Pressigny, pour que l’histoire continue, il aura fallu s’attaquer à la préhistoire ! Il faut dire que, ces dernières années, à l’ombre de la tour Vironne et de ce qui reste du donjon, il était devenu risqué de « faire de la préhistoire » hors les murs du château !

 

Une classe patrimoine n'était pas un voyage de tout repos ni pour les élèves, ni pour les enseignants. Il s'agissait d'une expérience unique qui passait toujours par une découverte, une aventure. Il semble que, depuis quelques années, la découverte et l’aventure ne tiennent plus beaucoup de place dans les programmes de l’Education Nationale, comme d’ailleurs la préhistoire, mais…

Pour les organisateurs, c'était toujours d'énormes montages financiers et administratifs, le choix des accompagnants, des risques et parfois des bâtons dans les roues de la part de ceux qui mettaient en doute l'intérêt d'une telle entreprise. La suppression des subventions allouées, entre autres, par le conseil général d’Indre et Loire, a rendu impossible la tâche déjà ardue.

Pour les élèves en séjour c’était une séparation (la première, souvent) du milieu familial, l'appréhension de l'autonomie, la participation à la vie du groupe, une expérience sociale longuement préparée en classe et une approche de la vie associative au sein des coopératives scolaires et des foyers, mais à quoi bon aujourd’hui parler d’éducation des jeunes, puisque l’Education Nationale a depuis longtemps repris progressivement le poste de l’instituteur détaché, au principe qu’il faut que les professeurs des écoles soient « en classe » (Il est vrai qu’à notre service, il n’était qu’en classe patrimoine...).

L’accueil, au collège, de groupes de jeunes venus d’ailleurs était une occasion, pour les jeunes du Grand Pressigny, de s’ouvrir au monde, de côtoyer l’humanité, de fréquenter l’Autre et de l’apprivoiser, mais demain, dans les locaux qui furent mis pendant 21 ans à disposition de notre association (reconnue d’utilité générale), et dont on nous chasse sans préavis et sans aucune trace écrite, les collègiens du canton ne croiseront plus que leurs petits frères et sœurs (quel progrès !!!).

 

Ite missa est.

 

Merci à tous ceux qui nous ont épaulé jusqu’au bout, à ceux qui se sont battus pour nous, à tous nos membres et à tous nos animateurs, aux associations liées, au collège, à la municipalité, et que reste, pour tous, l’idée positive que des milliers de jeunes et de moins jeunes garderont en mémoire, grâce à notre œuvre, un bon souvenir de leur séjour au Grand Pressigny.

 

Nous vous laissons la parole sur ce blog pour exprimer vos émotions, et nous ferons en sorte qu’aucun message malveillant ne reste en ligne.

Publié dans L'association

Commenter cet article

baranger 06/05/2013 10:52

La tête pleine de projets pour l'année scolaire prochaine, je retourne sur ce site pour projeter de revenir en classe découverte au Grand Pressigny...Mais quelle amertume en lisant ce dernier
article... Je suis venue à deux reprises avec ma classe. J'y ai vu certains de mes élèves grandir, s'épanouir, découvrir toutes les capacités qu'ils avaient et qu'ils ne soupconnaient pas. Partir
au Grand Pressigny, c'était un gage de qualité (merci à Peggy et Joël qui ont su si bien partager leur passion. Quel dommage...